Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

AFFAIRE BRÛLANTE, HERVE OUATTARA DU CAR DANS UN DOSSIER D'ARNAQUE, Ousmane Guiro et le PDG de EBOMAF les grosses victimes…

Ces derniers jours sur les réseaux sociaux et dans le milieu des mouvements de la société civile burkinabé, l’information file comme une fusée. Ce qui au départ était perçu comme une simple rumeur semble être plus sérieuse s’est confirmée.

Il y aurait bel et bien eu des actes d’arnaque d’opérateurs économiques et de citoyens ayant des dossiers en justice sous la transition politique au Burkina Faso. Parmi les informations divulguées, les plus sérieuses se concentrent autour de la personne du président du mouvement CAR en la personne de Hervé Ouattara. Ce dernier était par ailleurs membre du CNT de Shérif Sy où il dirigeait le groupe parlementaire OSC.

Réputé très proche du premier ministre de l’époque de la transition Yacouba Isaac Zida, il aurait abusé de sa position de force pour soutirer de grosse somme d’argent à des citoyens burkinabé. Nous avons approchés certaines victimes qui ont acceptées de nous en parler brièvement en attendant le bon moment pour faire valoir leur droit.

Prenant le cas des deux victimes, dont le premier, l’opérateur économique Mahamadou Bonkoungou (PDG de EBOMAF), aurait versé plusieurs dizaines de millions à Hervé Ouattara pour apaiser des menaces qui visaient ses biens et ses activités. Pas besoin de nous demander si des preuves existent. Evidemment que la plupart des victimes ont gardés des preuves qu’elles utiliseront quand ce sera utiles. Des hôteliers et des commerçants jugés proches du président Compaoré ont subis le même racket suite à des menaces d’emprisonnement ou de destructions de biens. Certains préféraient transporter de grosses sommes sans attendre au conseil économique et social (CES) ancienne base du pouvoir de Zida Isaac et ses frères militaires qui recevaient fièrement le butin.

La seconde victime qui risque d’être une pilule amère pour Hervé Ouattara est le célèbre ex directeur général des douanes Ousmane Guiro. Débarqué sous le pouvoir Compaoré pour des crimes économiques, l’équipe de la transition a vite procédé au jugement de ce dernier dès le premier semestre de l’année 2015 pour satisfaire leur soif de populisme. Comme vous l’avez appris, le verdict fut une surprise pour tous sauf ceux qui ont participés au mic-mac pour s’enrichir sur cette affaire.

Hervé Ouattara du CAR rentre en jeu. Homme fort de la transition, ayant connaissance du verdict avant la délibération, il propose alors ses services à travers un membre de son bureau du CAR, qui proche de la famille Guiro va se charger de faire la liaison.

C’est alors là, que Ousmane Guiro aurait remit environ 100 millions de fcfa à Hervé Ouattara pour maîtriser d’avance ces camarades leaders d’OSC qui risquaient dès la tombée du verdict surprise ordonnés des manifestations pour contester ce verdict. Le marché conclut, Hervé Ouattara n’aurait pas tenu parole en partageant cette grosse avec ses camarades leaders d’osc qui étant préoccupé à l’époque par le nouveau code électoral qui agitait l’actualité. Le président du CAR a alors soupé seul puisque les autres leaders ne se doutaient de rien.

Tout compromis avec les pratiques du diable se paie dans le temps !

C’est la règle qui semble s’appliquée aujourd’hui dans cette situation. Le verdict ayant fait l’objet d’appel, le deal conclu semble n’avoir pas aboutit. Pendant ce temps la nouvelle se répand et les regards se tournent vers une page judiciaire visant Hervé Ouattara qui vit en véritable bourgeois avec plusieurs réalisations matérielles (3 voitures de luxes, des villas construites, des terrains achetés…) en seulement 13 mois de salaires de députés CNT, quand nous savions que ce dernier avait sa moto crypton en panne bien avant les évènements d’octobre 2014. Si réellement le droit se dit et s’applique à tous dans sa rigueur au Burkina Faso, le cas de certains leaders d’osc du pays des hommes intègres devrait faire l’objet immédiat d’enquête judiciaire si ce n’est fait encore.

Par Dr. Judicael Z B, économiste

Partager cet article

Repost 0