Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le Burkina Faso est sur le chemin politico-judiciaire ou chaque partie devra rendre des comptes dans un futur proche ou lointain.

ROCH KABORE, QUE CHERCHEZ-VOUS CHEZ DES DICTATEURS SANGUINAIRES APRES VOS GRANDS DISCOURS DE DÉMOCRATES...

Contre toute attente l’actuel président du Faso effectue des visites chez des homologues dictateurs avérés tel que le Congolais Sassou Nguesso qui vient d’être investi contre la volonté populaire. Les élections dans ce pays se sont déroulées de la même manière que celles de novembre 2015 au Burkina Faso.

Les similitudes sont nombreuses telles que :

  • L’exclusion de candidats potentiels
  • Intimidations et emprisonnements des leaders politiques de l’opposition
  • Trucage des résultats issus des urnes pour s’octroyer le fauteuil présidentiel
  • Etc.

Tous ces chefs d’Etat issus de cette gymnastique électorale, souffrent d’un manque de crédibilité et de légitimité au sein de leurs populations donc incapables maintenir l’autorité de l’Etat. Cette faiblesse provoque parailleurs la fuite des investisseurs nationaux et internationaux plongeant les économies dans une paralysie totale.

Après plusieurs tournées en Europe, Asie puis en Arabie Saoudite, Roch Kaboré attend désespérément des aides extérieures pour faire face aux exigences de sa population. Il s’est visiblement engagé à courtiser des dictateurs pour solliciter leurs appuis. La peine semble déjà perdue puisque ces derniers sont aussi contestés dans leurs pays et font face à des dures réalités économiques dues à la tension politique.

Le président burkinabé semble donner raison à ceux qui laissent entendre que les événements de 2014 financés par les dirigeants actuels sont en résumé un coup d’Etat contre le pouvoir de l’ex président Compaoré qui était pourtant dans la légitimité de son mandat. On se rappelle que le président Compaoré a toujours refusé d’utiliser la force pour s’imposer et avait bien voulu consulter le peuple à travers un référendum.

Pour cette initiative légitime autorisée par la constitution, il a été présenté comme un dictateur à la face de l’opinion nationale et internationale afin d’obtenir de force son départ du pouvoir. La suite nous la connaissons déjà avec la passation orchestrée du pouvoir d’Etat à l’équipe de Salifou Diallo, actuel président de l’assemblée nationale avec le numéro 3 Simon Compaoré, actuel ministre de l’intérieur.

Le Burkina Faso est sans doute sur le chemin politico-judiciaire ou chaque partie devra rendre des comptes dans un futur proche ou lointain. Les arguments juridiques ne manquent pas pour justifier l’illégitimité de ROCH MARC CHRISTIAN KABORE comme président de la république. Le diplomate Ablassé Ouedraogo et l’opposant politique Soumane Touré clament haut et fort cette illégitimité du président actuel.

Roch kaboré en côtoyant les vrais dictateurs africain à la face du monde confirme que le président Compaoré a été évincé du pouvoir pour d’autres raisons que celles liées à sa volonté de consulter légalement son peuple dans l’intérêt de maintenir la stabilité politique et la bonne cohésion sociale au sein de son peuple.

Un rendez-vous judiciaire est inévitable dans les années à venir pour situer les responsabilités de part et d’autres.

Par Sanchez A

Tag(s) : #POLITIQUE, #Burkina, #INFO

Partager cet article

Repost 0