Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Incroyable scène inhumaine, c’est la qualification dont nous accordons à ce qui s’est déroulé.

Au chevet de sa fille hospitalisée dans une clinique de la place, dame Safiatou Lopez Zongo reçoit un coup de fil du commissariat de police de Wemtenga l’informant d’une notification judiciaire à lui destinée. Alors étant au centre médical près de sa fille, elle leur demande de contacter son avocat tout en remettant le contact téléphonique afin de lui transmettre la notification judiciaire.

La surprise fut époustouflante, car les policiers ont refusés de contacter l’avocat et préférés rejoindre dame Safiatou Lopez Zongo dans la chambre d’hôpital de sa fille hospitalisée pour lui remettre la fameuse notification.

Sur le champ, troublés en voyant l’état de santé de la fillette, ils ont rebroussés chemin pour enfin aller remettre la notification à l’avocat de la dame comme elle leur avait demandé dès l’appel téléphonique.

La scène est insupportable et peut être qualifiée d’acharnement et d’abus de pouvoir. Rappelons que le procès opposant des magistrats face à Safiatou Lopez Zongo est prévu pour se tenir ce lundi 07 novembre 2016. Est-ce une stratégie de la partie plaignante d’user de leur pouvoir judiciaire pour démoraliser l’accusée ou de la pousser à sortir hors d’elle-même ?

Une chose est certaine, l’indépendance de la justice ne devrait pas être utilisée dans un abus excessif des pouvoirs légués aux magistrats. Nous connaissons des dossiers judiciaires de crimes de sang et économiques qui ne bénéficient pas de cette rigueur hors norme. Apparemment ce qui touche aux intérêts des magistrats est plus important que ce qui concerne le citoyen lambda.

Nous y reviendrons après le procès prévu demain au palais de justice de Ouagadougou.

Partager cet article

Repost 0