Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Derrière sa soif de remporter la présidence de la chambre de commerce et d’industrie à tous les prix, Mahamadi Sawadogo dit Kadhafi cache d’énormes intérêts personnels qui paralyseront d’avantage l’économie burkinabé s’il parvenait à se faire élire.

 

KadhafiCandidat pour briguer la présidence de la chambre de commerce et d’industrie du Burkina (CCI-BF), Kadhafi serait redevable d’environ 16 milliards de FCFA à la même institution qu’il souhaite diriger. L’audit mené, révèle plusieurs crimes économiques impliquant de grands opérateurs économiques dont il ferait parti. Depuis lors, des mains invisibles empêchent la publication de ce rapport.

Vu le niveau de l’affaire et pour l’étouffer, les auteurs des crimes économiques cités dans le rapport d’audit s’activent pour revenir aux affaires afin de bloquer définitivement ce rapport qui les accable vis-à-vis de tous les membres de la chambre de commerce. Comme pour se blanchir, Kadhafi a vite fait de rendre visite au Mogho Naba (Roi des Mossi) pour demander des bénédictions, mais la pilule de la manipulation ne semble pas passer auprès des commerçants qui n’hésitent plus à le désavouer publiquement. Pour espérer s’imposer, la carte du régionalisme est brandit par son équipe de campagne.

Plusieurs dizaines de millions de francs ont été reversés à des organes de presse pour présenter Kadhafi comme le pivot de l’économie burkinabé, chose condamnable vu le mensonge qui est distillé. Pour être le maître de l’économie, il devrait certainement rembourser les dizaines de milliards qu’il doit à la CCI-BF afin de permettre le financement des projets en attente pour le bonheur des membres et de l’Etat, nous dit un cadre de la maison.

Rien d’étonnant que la première phase des élections consulaires ait été entachée de fraudes avec des fausses procurations signés par des huissiers et les multiples achats de consciences et d’intimidation.

Harouna GouemHarouna Gouem président la Coalition nationale des acteurs de l’économie pour un commerce équitable l’a d’ailleurs souligné dans une interview avec nos confrères ‘’leFaso.net’’. Pour lui, il est préférable d’élire une personne qui a un programme qui pourrait contribuer à la relance économique du Burkina Faso. Pour Harouna Gouem, Kadhafi ne serait pas cette bonne personne indiquée pour diriger aux destinées de la CCI-BF. Malgré les fraudes menées par certains pour écarter les bons candidats, le président de la coalition nationale avoue que la lutte continue pour barrer la route aux prédateurs de l’économie nationale comme l’avait aussitôt annoncé dame Safiatou Lopez Zongo.

RAMOS T.H

Tag(s) : #Economie Politique, #Burkina

Partager cet article

Repost 0