Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Un an à la tête du pays, le régime de Salifou Diallo et Roch Marc Christian est en passe d’être le pouvoir qui a le plus endeuillé des familles. Les institutions sécuritaires et de défense du Burkina Faso ont montrées leurs limites. Les faiblesses des principaux responsables de ces institutions sont criardes, laissant les troupes et les populations exposées à tout malheur.

Général DiendereEn seulement deux (02) ans, le pays des hommes intègres enregistre plus d’une trentaine de soldats tués en temps de paix sur leurs propres installations. Du jamais vu au Burkina Faso. Les populations sont indignées des dirigeants actuels qui face à leur incompétence se contentent de diverses déclarations incohérentes l’une après l’autre.

A lire aussi : http://parlonsdufaso.over-blog.com/2016/11/blaise-compaore-aurait-il-eu-raison-tres-tot.html

Le Burkina Faso est aujourd’hui confronté à une dure réalité. L’absence de véritable force d’élite militaire pour contrer les différentes attaques terroristes est déplorable. La dissolution du régiment de sécurité présidentielle (RSP) qui comportait en son sein, différentes unités anti-terroristes avec un service de renseignement qui faisait parti des plus performants dans la sous-région a laissé le Burkina Faso orpheline de toute défense. Aujourd’hui le grand patron des services de renseignements, le général Gilbert Diendéré, très respecté des occidentaux est en prison pour avoir voulu éviter ce qui se produit aujourd’hui puisqu’il savait déjà le risque encouru par le pays. Diabolisé par ceux qui convoitait les privilèges du pouvoir, il a été mal comprit par la population à son temps.  

Les principaux acteurs qui ont été à la base de la dissolution du RSP en refusant toute idée de réattributions de nouvelles missions à cette force, mais aujourd’hui au pouvoir font face à leurs propres erreurs d’appréciations d’hier. Mais malheureusement se sont les jeunes soldats sous-formés qui perdent la vie par la faute des politiques. L’une des organisations de la société civile (le Balai Citoyen) très proche du premier ministre de la transition, Yacouba Isaac Zida, est terrée dans un mutisme honteux face à la situation actuelle qu’elle a contribué à créer.

Quel remède pour sauver le Faso !

Il serait impératif de faire appel aux soldats formés et expérimentés pour relever les défis actuels. Pour se faire Roch Marc Christian Kaboré devrait parvenir à un sursaut patriotique en ignorant les calculs politiques au profit de l’intérêt national. Le pays a des hommes qualifiés pour faire face à la situation, il suffit de les inviter à la table de la gestion du pays pour le bien de tous !

Pour une fois de plus, le président Blaise Compaoré n’avait-il pas raison vis-à-vis de ce trio qui s’est entêté pour récupérer le pouvoir d’Etat ! La réponse semble déjà connue puisque les faits sont là.

Martin Z J

Tag(s) : #Burkina, #SECURITE

Partager cet article

Repost 0