Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Que cache cette face extérieure de l’actuel chef de l’Etat burkinabé, Roch Marc Christian Kaboré. Souriant, courtois, sympathique mais assez énigmatique et même dangereux selon certains vieux amis de la personnalité.

@parlonsdufasoL’ex protégé du Président Compaoré est au aujourd’hui sous tous les projecteurs depuis sa prise du pouvoir d’Etat. Avant son élection, les éloges ne manquaient pas vis-à-vis de l’homme. Qualifié entre autres par ses partisans d’homme de paix, de consensus, de dialogue et de pardon est aujourd’hui en déphasage avec ses qualificatifs à lui attribués avant son élection.

Roch Kaboré révèle sans doute maintenant sa véritable face cachée depuis des années. Devenu du coup renfermé, ne respectant plus ses paroles données et entouré par de nouveaux amis, il surprend et étonne même parfois certains de ses collaborateurs à travers ses actes dans la gestion du pouvoir.

L’homme jugé humaniste par le passé s’est subitement transformé en un véritable loup politique, avec un ‘’sans pitié pour ses adversaires politiques’’. Plusieurs rivaux de Kaboré croupissent à la prison militaire sous ordre de la justice militaire qui est sous sa tutelle directe. La justice militaire burkinabé semble être l’arme fatale de Roch Kaboré pour neutraliser à petit feu ses adversaires. Le cas du général de Gendarmerie Djibril Bassolé en est l’illustration parfaite. Retenu à la prison militaire depuis plus d’un an sans condamnation, la justice militaire sous ordre certainement de Kaboré refuse d’accorder une liberté provisoire au suspect qui voit son état de santé se dégrader de jour en jour. Interné aux urgences dans une clinique de la place à ouagadougou, des incidents visant à son élimination physiques sont survenus ces derniers jours.

Malgré cela, le président Roch Kaboré refuse d’accordé une chance à son ex-ami du régime Compaoré de pouvoir suivre des soins adéquats et recouvrer la santé en entendant de faire face à la justice militaire qui a du mal à organiser ce procès qui semble purement politique.

Certaines personnes indexent le camp Salifou Diallo, le président de l’assemblée nationale, mais à voir de plus près, le président Kaboré est la véritable bête politique qui crispe et handicape la réconciliation nationale. Il laisse croire qu’il est manipulé, mais ses proches rassurent qu’il est le véritable maître à bord et sait ce qu’il fait, donc responsable de tout !  

César D.G

Partager cet article

Repost 0