Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Dernier Gouvernement du PR BCDepuis la survenue du putsch des 30 et 31 octobre 2014, la Ruecratie de Zida et consorts a introduit une culture de l’instrumentalisation de la jeunesse, des institutions aux fins de consacrer la diabolisation du Président Blaise Compaoré, le bâtisseur du Burkina moderne et respecté. L’on croyait que le Président Roch Kaboré, élu dans un scrutin sectaire et non inclusif, avait le cran républicain et patriotique nécessaire pour rassembler les Burkinabè divisés.

Le Parlement incendié par les manifestantsHélas, ce président continue dans la voie tracée par les Ruecrates populistes. L’annonce de ce procès, au moment où le Gouvernement Thieba est aux abois en dit long sur la distraction à venir pour occuper le bon peuple. Un procès des membres d’un gouvernement élu régulièrement dont le rôle est la quiétude des citoyens contre les frasques des politiciens intrigants peut-il être jugé sur les moyens légaux que la Constitution lui reconnait pour le maintien d’ordre ? Passons. Puisque la force régente le droit au Burkina depuis la Ruecratie et sa cohorte d’avortons de politiciens, rien n’est régulier. Hélas.

Les ministres au procèsDans un procès normal suivant les règles de l’art, le souci de la preuve impose au Procureur pour affirmer sa vérité, la construction d’un argument. Le Procureur burkinabè base sa preuve, pour poursuivre le Président Compaoré et les membres de son gouvernement, sur la réquisition de l’Armée. La réquisition de l’armée par un gouvernement légal et légitime est-elle légale et légitime ? Oui.

A moins que cette évidence soit obscurcie par les dépôts psychologiques haineux, malfaisants et inutilement mesquins des tenants du pouvoir. Exhiber comme preuve un texte de loi peut-il fournir la preuve d’une violation de cette même loi ? Et puis, le maintien d’ordre répond à des règles strictes d’engagement et particulièrement celle des trois sommations. Ensuite, il y a que la loi burkinabè rend responsables les organisateurs de l’évènement de tous débordements, dégâts, pillages et dégradations de biens privés et publics. L’incrimination frappe seulement ces organisateurs. Pas les membres du gouvernement élu en charge de la tranquillité des citoyens et de l’ordre public. Les membres du bureau politique du MPP ont affirmé qu’ils sont les auteurs et organisateurs de la manifestation violente qui a endeuillé des familles burkinabè et occasionné des pillages de biens privés et l’incendie de l’Assemblée Nationale. Cette vérité dite et assumée est alors sa propre preuve. Ces politiciens seront-ils dans le box des accusés ? Que nenni. Il s’ensuit que la Justice des vainqueurs MPP et OSC est bien celle qui est de passage en force dans notre beau pays. Mais la vérité du droit s’imposera dans le temps face à la parodie judiciaire actuelle au Burkina Faso.

Jacques V.

Partager cet article

Repost 0