Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Ancien dignitaire du régime de Blaise Compaoré, le chef de l’Etat burkinabé Roch Marc Christian Kaboré fuit son passé de peur de perdre son pouvoir acquis par la rue, il interdit les manifestations de Rue. Une question s’impose : « Si Blaise Compaoré avait fait pareil, Roch Marc Christian Kaboré ne serait-il pas en prison pour avoir été dans la rue avec ses militants en octobre 2014 qui a vu la destruction d’édifices publiques et privés ? »

Parlons Du Faso

 

Après plus de 26 ans de règne au sommet de l’Etat, Roch Marc Christian Kaboré a réussi avec d’autres barrons du pouvoir de l’ère Compaoré à berner l’opposition politique dirigée par Zéphirin Diabré et l’ensemble du peuple dès le 18 janvier 2014 pour récupérer sa lutte contre la mal gouvernance et l’impunité dont-ils sont les auteurs.

En démissionnant de l’ex parti au pouvoir en 2014, leur seul objectif était d’échapper à la colère du peuple dans la rue. Une colère dont Roch Kaboré lui-même en est la principale cause. En déclarant le 06 février 2010 que « l’article 37 de la constitution burkinabé qui limite les mandats présidentiels est anti démocratique » source : (http://lefaso.net/spip.php?article35274). Il a mis ainsi le feu à la paille pourtant le Président Blaise Compaoré ne s’était pas encore prononcé sur la question.

Dirigeant du CDP parti au pouvoir, Roch Marc Christian Kaboré et ses camarades aujourd’hui barrons du MPP ont attisés le feu avec des propos arrogants et provocateurs à l’endroit de la société civile et des partis de l’opposition qui ont finis par ouvrir les hostilités à travers de multiples manifestations de rue jusqu’en 2014.

Aujourd’hui, l’objectif d’échapper à la justice et à la colère du peuple étant atteint, le Président Roch Marc Kaboré renie son passé sans honte et accuse ses anciens camarades restés au CDP et fidèles au Président Compaoré d’être les seuls responsables des crimes économiques et de sang. Parfois détendu dans ses déclarations diffamatoires, il accuse l’ex Président Compaoré d’être de connivence avec les terroristes pour déstabiliser le pays, ce qui a valu un démenti instantané du Président Compaoré dans un communiqué depuis Abidjan.

Arrivé au pouvoir par la rue Roch Kaboré n’est pas serein et craint de perdre son pouvoir par la rue. Ainsi donc il refuse toute autorisation de manifestation aux acteurs de la société civile qui ne lui sont pas favorable. Le leader du Cadre d’Expression Démocratique (CED) Pascal Zaïda en paie les frais avec une condamnation de 6 mois de prison avec sursis avec ses camarades pour avoir réclamer par toutes les voies légales l’obtention une autorisation pour tenir une activité à Ouagadougou.

Telle est le vrai visage de la démocratie tant chanté par les tenants du pouvoir actuel.  

CEDRIC Rayimwende K.D pour Parlons Du Faso

Tag(s) : #Burkina, #France, #POLITIQUE
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :