Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

DES LEADERS POLITIQUES POLITIQUES, D’ORGANISATION DE LA SOCIETE CIVILE, SYNDICAUX VISES PAR UNE PURGE PLANIFIE PAR LE PARTI AU POUVOIR. LES VISAGES DES MAITRES D’ŒUVRES DÉVOILÉS.

 

Abdoulaye Mossé, ex mobilisateur de jeunes au CDP, aujourd’hui Député MPP et responsable des organisations de la société civile dans le bureau politique du parti au pouvoir, s’avère être l’un des partisans de la violence dans l’asphère politique burkinabé.

A travers des conversations avec certains de ses exécutants, Abdoulaye Mosse intoxique et manipule la pauvre jeunesse sous sa coupe à commettre des crimes crapuleux contre ceux qu’ils considèrent comme des ennemis. Entre autres méthodes ; la diffamation, la calomnie, la destruction de biens publics et privés, les agressions physiques et le mysticisme.

Selon certaines sources proches de lui, nous confie que Mosse Abdoulaye entretient une équipe constituer de dizaines de militaires radiés et qu’il compte l’utilisé pour des actes d’intimidations et d’agression physique. Ces œuvres sont connus de tous ses mentors. Sa dernière trouvaille serait de neutraliser avant 2019 tous les activistes et leaders de la société civile qui s’opposent au régime actuel.  Les quelques images de ses conversations ici présentes en sont les preuves.

Abdoulaye Mossé semble avoir pris goût de la violence depuis les évènements de 2014. Il a été le chef d’œuvre des incendies des domiciles des partisans fidèles du Président Blaise Compaoré selon ses camarades. Connaissant bien les personnes ciblées pour avoir travaillé durant de longues années avec eux dans le bureau politique du CDP (ex parti au pouvoir), il s’était chargé de dresser la liste des domiciles, puis d’organiser une tournée à la veille des incendies avec ses éléments pour des visites inopinées chez plusieurs députés CDP. Certains comme Eddie Komboïgo, Benjamine Doamba, Assami Kouanda peuvent en témoigner. D’ailleurs des plaintes ont été déposées par les victimes mais jusqu’à ce jour aucune enquête n’a été ouverte malgré la supposée indépendance de la justice burkinabé.

Des preuves palpables et des enregistrements audios de certaines réunions avant les faits existent et mis à notre disposition. Ces preuves ont d’ailleurs été confirmés par le témoignage de l’actuel Président de l’Assemblée nationale Alassane Bala Sakandé en ces termes « l’insurrection des 30 et 31 a été pensée et conduite par les forces politiques et patriotiques du Burkina Faso dont le MPP a été le moteur. La décision de lancer l’insurrection a été prise à notre Bureau politique national du 25 octobre 2014 au CENASA. A César ce qui est à César »

Tout comme leur ancien mentor, feu Salif Diallo, toutes les cellules d’activistes du MPP sont mis en branle pour neutraliser quelque soit les moyens, les ex dirigeants de la transition et des leaders de mouvements de jeunes dont particulièrement Safiatou Lopez Zongo qui n’hésite pas à émettre ses vives critiques à l’égard du pouvoir Kaboré.

Des leaders de partis politiques sont aussi visés, dont Léonce Koné, François Compaoré, Zéphirin Diabré, Jean-Baptiste Natama et bien d’autres. Les leaders syndicaux sont aussi visés par la purge qui s’organise par le parti au pouvoir avant 2020. Le mot d’ailleurs a été d’ailleurs lancé dont « le deuxième mandat à tous les coups ».

La Rédaction

Tag(s) : #POLITIQUE, #Burkina
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :