Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Créé suite à leurs démissions de l'ex parti au pouvoir le CDP, les RSS (Roch Kabore, Salifou Diallo et Simon Compaoré) pour ne citer que le trio de tête sinon il y aurait aussi le chef coutumier politique appelé Larlé Naaba Tigré ont usés de tous les moyens pour renverser très rapidement leur patron qui ne semblait plus disposé à leur garantir leur survie politique. Leur démission collective a été motivée principalement par la volonté du chef de l’Etat, le président COMPAORE de renouveler la classe politique du CDP afin d'assurer une belle transition générationnelle dans la gestion des affaires de l’État. Mais très rapidement, les barrons du CDP de l’époque ont sentis leurs privilèges menacés. C'est alors qu'ils sont passés à la vitesse supérieure en récupérant la lutte que menait déjà l’opposition pour l’alternance. Comme dans un film de fiction, ils sont passé d’auteurs et défenseurs du projet de modification de l’article 37 de la constitution à opposants sous le regard stupéfait de l'opinion nationale. Leur seul objectif, c’était le pouvoir d’État qu'ils ont obtenus suite à plusieurs stratégies macabres dont le maitre d'œuvre est sans doute Salifou Diallo connu pour ses plans déstabilisateurs. Le pouvoir juste pour jouir de ces privilèges, tel est le triste constat actuel sous leur règne. Toutes les activités du Burkina Faso sont grippées. N'ayant pas en réalité de programme politique pour la gestion du pouvoir, Roch Marc Christian Kaboré assiste impuissant à la disparition de son parti politique le MPP. La cohésion qui a prévalu durant les campagnes présidentielles n'existe plus. Chaque ténor discute sa passerelle du pouvoir engendrant un grand dysfonctionnement dans les institutions de la république. Les RSS se contredisent chaque jour avec des sorties médiatiques indignes d'une autorité de la république. Les excuses du président KABORE au nom de son ministre de l’intérieur en est une preuve insultante. Jusqu’où tiendra ce fameux régime qui n'a rien de nouveau a nous démontrer. Le pays dans son ensemble sombre pendant que son parti disparaît sur le terrain du fait de leur réelle incapacité à diriger une nation. En trahissant le maître, ils ont cru pouvoir faire mieux, malheureusement les élèves n'ont pas été assidus aux cours de gestion mais ils étaient plutôt concentrés sur les détournements des ressources de l’État et à la jouissance. KABORE Joel Carlos, pr. Sciences politiques,

President par intérim du MPP, Salifou Diallo

President par intérim du MPP, Salifou Diallo

Partager cet article

Repost 0