Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Une réticence justifiée de part et d’autres par des motifs parfois insensés et non concordants. Voici les faits vécu les organisateurs : Prévue pour se dérouler de la ‘’place de la résistance’’ au ministère de la défense, mais étant donné que le ministre de la défense devait se rendre à Bamako pour le sommet Afrique-France, un communiqué a été fait 2 jours avant le jour-j pour modifier le trajet de la marche. Dans l’évolution de l’organisation de l’activité, la mairie centrale entre en jeu en appelant les organisateurs à venir retirer leur demande d’autorisation pour la déposer à l’arrondissement 1 qui serait habilité selon elle à autoriser la marche. Ceci étant exécuté par les organisateurs, c’est autour de l’arrondissement 1 de les inviter au retrait de la demande d’autorisation pour la déposer à l’arrondissement 2 qui en retour leur jouera le même tour en les indexant la mairie centrale.

Pointée en dernier lieu par les autres arrondissements, la mairie centrale oriente le comité vers l’État major général pour obtenir l’autorisation souhaitée. Mais à la dernière minute, le Chef d’État Major général dit préférer se référer au politique puisqu’il vient d’être nommé à ce poste. Mais qui est alors cette main politique qui domine le commandement de nos FDS. A la grande surprise, c'est à la gendarmerie  à de notifier aux organisateurs que la marche destinée à soutenir les FDS ne pouvait être autorisée. C’est dans la ferme détermination que Safiatou Lopez Zongo et ses camarades ont réussis réaliser leur activité malgré les différentes oppositions qui sembleraient être téléguidées par une main politique hostile à la société.

Tout laisse croire que rien n'a changé dans ce pays malgré les différents sacrifices de la population civile. Rien n'a été facile pour les organisateurs partant de l’obtention de l’autorisation de manifester jusqu’à la remise du mémorandum des osc au chef d’État major. Soucieux des difficultés que vivent les familles endeuillées suite à l'attaque récente des terroristes dans le nord du Burkina Faso, Safiatou Lopez Zongo et ses camarades ont souhaité à travers le chef d’État major général remettre la somme de 5 millions de FCFA en contribution.

Mais à la grande surprise générale, la hiérarchie du jour aurait reçu l'ordre de refuser le don sous le prétexte que les familles des soldats tués ne seraient pas encore identifiées. Une hiérarchie qui semble moins se soucier de ce qui touche au moral des soldats et leurs familles. Ce qui serait raisonnable pour cette hiérarchie militaire, était de participer pleinement à cette activité pour témoigner sans esprit partisane que leurs différents sacrifices pour la défense de la nation sont reconnus et soutenu par le peuple burkinabé dans son ensemble ! Mais malheureusement, étant vraisemblablement téléguidé par la main politique, le commandement préfère envoyer leurs éléments participer à des marches organisées par le gouvernement et le MPP du sulfureux Salifou Diallo qui est d'ailleurs indexé dans plusieurs crimes de sang et économique.

Si l’armée ne prend pas garde face à sa hiérarchie, elle subira les mêmes courroux qu'a subit l'ex RSP qui a été taxé depuis plusieurs années d’être partisane jusqu’à sa malheureuse dissolution.

Hormis le Chef de l’État, ministre de la défense, le chef d’État major général de l’armée semble obéir à une main politique qui semble détester les leaders de la société civile. Mais quelle est cette main politique ?

POUR QUELLE MAIN POLITIQUE ROULE LE COMMANDEMENT DES FDS : 5 MILLIONS DES OSC DESTINÉS AUX FAMILLES DES SOLDATS TUÉS REFUSÉ PAR LA HIÉRARCHIE

Partager cet article

Repost 0