Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ouverture du FespacoComme dans un véritable film fiction, tous les spectateurs de la cérémonie de d’ouverture du festival panafricain du cinéma africain ont tous observé avec grande surprise le contenu des différents discours prononcés par les différents intervenants. Notamment celui du ministre de la culture, Tahirou Barry qui s’est appesanti fièrement sur les évènements politiques d’octobre 2014.

Par conséquent, ces différents tons ont surpris les cinéastes qui sont à ce rendez-vous pour célébrer leur art sans couleur politique.

Un acteur, invité spécial du FESPACO nous confie ceci « je crains le pire pour ce pays où les politiques confondent tout, c’est dangereux pour l’avenir de ce grand rendez-vous du cinéma africain… », en ajoutant quelques manquements dans l’organisation pratiques. Mêmes les recrutements du personnel pour les activités ont été très politiques. Nous percevons ainsi plusieurs jeunes gravitants autour de Salifou Diallo portant les badges d’organisateurs et qui semblent croire que le festival est une œuvre politique.

Où va le Burkina Faso ?

Entre opportunisme et divertissement, le pouvoir de Roch Kaboré est miné par la peur et l’incertitude. Aucune prévision n’est respectée comme proposé dans son projet de société. L’acharnement des tenants du pouvoir actuel sur leurs anciens camarades politiques a fini par les décrédibiliser aux yeux du monde entier. Le PNDES proposé par le gouvernement KABA Thiéba ne peut prospérer au vu des diverses incohérences dans la réalité. Comment construire une économie quand des opérateurs économiques nationaux voient leurs entreprises fermées par la volonté politique des dirigeants actuels. Partant de l’exemple de l’hôtel Azalaï qui fut détruit en 2014 par les manifestants et mis au chômage plusieurs centaines d’employés et provoquant un manque à gagner pour le trésor public, quel est cet investisseur international qui viendra investir dans cette atmosphère où la vengeance est le maître mot !

Tag(s) : #Economie Politique, #Burkina